Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand mon premier jardin à commencé à produire abondamment, j’ai fait appel à une personne “qui s’y connait” pour savoir…si je pouvais lancer ma production à plus grande échelle! Il est arrivé à 9h, a fait un trou dans le sol, à l’entrée de mon terrain, il a touché la terre et m’a dit “ha oui! Vous pouvez tout faire ici!” Sur le coup, je n’ai pas compris car c’était le pire endroit du terrain, un endroit où rien ne pousse depuis des années. Le sol y est rouge, sec, mort. Ensuite il m’a parlé de mon sol et a utilisé des tas de termes que je ne comprenais pas.  Alors j’ai répondu “ha, me voilà rassurée alors!”…mais en fait…je n’avais RIEN compris à ce qu’il m’avait dit et je n’ai pas osé le questionner de peur de paraître stupide.

Avant de partir, il m’a conseillé de faire une analyse de sol si je désirais me professionnaliser. Mais quand on m’a dit que ça coûtait 150€ et qu’il fallait analyser chaque type de sol…j’ai déchanté! Sur mon terrain je n’ai pas “un” type de sol mais plusieurs! Cela m’a bien refroidit!

L’après-midi du “même” jour, je vais à la jardinerie. J’entends une dame poser des questions à un vendeur en difficulté au sujet d’un problème de ravageurs. Je propose une solution naturelle à la dame qui repart contente et je finis par discuter avec le jeune qui sort tout juste de son apprentissage. Et alors que tout avait bien commencé, le voilà qui finit par me parler en termes incompréhensibles!

Ces deux histoires se passent le même jour! Se sentir bête deux fois dans la même journée c’est trop! C’est deux fois trop!

C’est là que j’ai compris l’image que je renvoyais aux autres. J’étais passionnée par mon jardin et j’avais déjà en effet beaucoup d’expérience. Le genre de connaissance qu’on acquiert en suivant des formations spécialisée sauf queje n’avais pas le vocabulaire théorique de base qui permettait d’en discuter! J’ai toujours privilégié l’expérience mais force était de constater que mon manque de théorie gênait les échanges.

Ce qui m’est arrivé risque de vous arriver aussi! On va donc immédiatement se débarrasser du problème avec une petite fiche pratique.

Comment connaître et comprendre son sol et surtout savoir en parler!

Tous les experts vous le diront, on ne plante pas n’importe quoi, n’importe où! Dans le monde agricole, on réalise des analyses de texture de sol grâce à des techniques de sédimentation ou à un granulomètre laser. Ces analyses permettent de doser l’utilisation des engrais et des pesticides et de déterminer le meilleure système d’irrigation des sols.

Mais pas d’inquiétude voici un petit test FACILE et GRATUIT destiné au jardinier amateur (mais qui aspire à bien plus!!)  qui vous permettra:

  • De connaître la nature de votre sol
  • De comprendre la nature de votre sol
  • De déterminer par la suite quelles seront les cultures facilitées dans ce substrat.
  • D’anticiper et d’éviter les problèmes liés au drainage de l’eau.
  • D’échanger avec les professionnels grâce à la maitrise du vocabulaire de base.

Ce test peut être réalisé dans tous les endroits destinés à accueillir vos cultures qu’il s’agisse de maraichage ou de verger.

Matériel:

  • Une petite pelle à jardinage enfant ou une barre à mine si votre sol est rocailleux.
  • Un grand bocal vide avec son couvercle. Plus le contenant est grand, plus le résultat est visible mais évitez la bouteille! Quelle galère de faire passer la matière organique par le goulot!
  • De l’eau

AU TRAVAIL!

  1. Enlever la couche superficielle du sol (là où se trouvent les mottes d’herbes).
  2. Creuser sur 10 cm minimum.
  3. Remplir la moitié du bocal avec de la terre.
  4. Ajouter de l’eau jusqu’à 3 cm du bord.
  5. Refermer le bocal et secouez-le durant quelques minutes (au moins 2).
  6. Laisser reposer jusqu’au dépôt total des particules (minimum 24h mais ça peut prendre jusqu’à 2 semaines selon la nature de votre sol).
  7. Une fois toutes les particules déposées. Observez les différentes couches superposées dans le bocal. Prenez un marqueur et faite un trait à chaque changement de texture ainsi qu’un trait à la séparation eau/substrat représentant la hauteur totale.

 

Convertir ce que je vois en données exploitables:

La terre devant vos yeux est composée de 4 éléments principaux déposés en “strates” qu’il vous faut mesurer avec une règle.

  • Au fond, le sable qui est le minéral le plus gros. Les grains sont visibles à l’œil nu. Sur mon exemple j’ai mesuré   cm de sable.
  • Ensuite le limon qui est de taille intermédiaire entre le grain de sable et l’argile. Sur mon exemple j’ai mesuré    cm de limon
  • L’argile qui est le composant le plus petit, invisible à l’œil nu. Sur mon exemple    cm d’argile.
  • Enfin à la surface, flotte de la matière organique.

Reproduisez le calcul suivant en remplaçant “mes” mesures par les vôtres pour connaître le % de chaque élément dans votre sol.

mon sol avant apres

Maintenant vous pouvez déterminer exactement à quel groupe appartient votre sol en utilisant ces données dans pyramide de texture du sol en cliquant ici. Vous pourrez désormais demander conseil pour savoir si telle ou telle plante s’adaptera bien sur votre sol.

Comprendre les résultats

  • Le sable permet le drainage. Plus votre terre en contient, plus elle est drainante.. Le % de sable détermine donc la vitesse à laquelle l’eau va pénétrer dans le sol, la profondeur qu’elle va atteindre et le temps qu’elle va y rester. Dans une terre drainante, l’eau atteint rapidement les racines situées en profondeur. Mais le sable ne retient pas l’eau ce qui signifie que votre plante aura besoin d’arrosages fréquents en période de sécheresse. A contrario, en période humide, vous risquez moins de voir pourrir les racines. De la même manière une terre sableuse ne retient pas bien les matières organiques il faudra donc amender souvent.
  • Au contraire,la terre argileuse est compacte et ne draine pas correctement ce qui augmente le risque de pourriture des racines. Elle retient l’eau quand il pleut et sa surface se déforme et craquelle en période de sècheresse. Elle retient également l’engrais et les apports de matières organiques doivent donc être espacés dans le temps.
  • Les propriétés de drainage du limon sont situées entre le sable et l’argile ce sont donc des terres idéales pour les cultures légumières et les arbres fruitiers.

    Mais dans tout ça, ma terre est-elle “bonne” ou “mauvaise”?

On définit généralement la “bonne” terre par son équilibre entre les différents éléments qui la composent. Théoriquement, une bonne terre à potager serait constituée d’environ 65 % de sable, de 15 % d’argile, de 10 % de limon et de 10 % d’humus (matière organique décomposée). Mon sol n’a aucune de ces propriétés et j’ai des légumes magnifiques comme vous pouvez le voir grâce aux publications des récoltes sur la page Facebook ici.

Vous voulez savoir comment transformer votre sol? Vous voulez connaitre mon secret? Je vous dirai tout dans ma première vidéo! J’ai décidé de me jeter à l’eau car je pense que ce sera plus convivial et rapide pour répondre à certaines de vos questions. Par contre j’ai vraiment le trac donc j’espère que vous me soutiendrez et ne me tiendrez pas rigueur de mes erreurs de débutantes.

Si vous avez aimé l’article, likez-le et partagez-le MAINTENANT :).

Si vous vous abonnez au blog, vous recevrez mes vidéos directement dans votre boite emails.

Je vous souhaite une merveilleuse journée à tous.


Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
  •  
  • 1
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *